samedi 21 novembre 2009

Souriez vous etes filmes

http://www.businessattitude.fr/images/londres/cctv.jpg

J’ai toujours trouvé d’une hypocrisie totale les “Souriez vous êtes filmés” et autres “Pour votre sécurité, ce magasin est sous vidéo surveillance”. D’abord parce que le premier impératif confond la sphère privée et la sphère publique, qu’il fait semblant de croire que notre humeur devrait toujours être joyeuse, et qu’il force l’émotion que nous devons ressentir. Ensuite, parce que nous savons bien que les caméra de surveillance ne sont pas là pour les personnes mais pour les biens. Toute personne qui a été bébé un jour sait que sa sécurité dépend avant tout d’un autre être humain

En Angleterre, le tissu urbain se parsème de dispositifs de vidéo surveillance, avec comme justification le fait qu’elles sont un facteur de réassurance. Une étude conduite par Dave Williams et Jobuda Ahmed a montré des résultats opposés .

Le protocole était le suivant : on a présenté a 120 participants un centre ville fictif dans lequel on pouvait voir un skinhead et ou une caméra de surveillance. Les participants étaient moins enclins à idre qu’ils se promèneraient dans ce centre ville lorsque qu’ils étaient confrontés à la combinaison skinhead et caméra de surveillance. En somme, la présence de caméra accroit la projection de préjugés sur les skinhead et provoque des réactions de peur.

Le bilan des caméra de surveillance quant à la réduction de la criminalité est plus mitigé. Malgré un grand effort d’équipement (plus de 4 millions d’unités)  elles n’ont pas eu de résultat probant en Angleterre. Au mieux, la criminalité se déplace des centres commerciaux vers les zones résidentielles.

Voilà donc un dispositif dont l’efficacité n’est pas probante, qui coûte des fortunes, et qui se développe de plus en plus.

 

L’étude : The relationship between antisocial stereotypes and public CCTV systems: exploring fear of crime in the modern surveillance society. Dave Williams & Jobuda Ahmed