samedi 2 mai 2015

Une épidémie de narcissisme ? Pas vraiment



L'évolution du narcissisme au cours des 20 dernières années a été qualifiée par Jean Twenge et Keith Campbell comme "épidémique". La technologie numérique et les pratiques éducatives seraient responsables de toute une génération de petits Narcisses


Twenge et ses collègues ont soulevé des préoccupations au sujet d'une épidémie de narcissisme dans une série d'articles. Cette augmentation est un effet du mouvement d'estime de soi qui aurait créé "une armée de petits narcissiques". Depuis vingt ans, le niveau de narcissisme a considérablement augmenté. Cependant, les preuves d'une telle augmentation ont été mises en question par plusieurs auteurs. Par exemple, Trzesniewski et al. (2008) montrent que les données ne permettent pas d'affirmer que "le narcissisme est plus important dans les dernières générations"

L'étude de Donnellan et al. reprend la question d'une évolution dramatique du narcissisme chez les jeunes en utilisant la même méthodologie que Twenge Les données proviennent des tests utilisés à l'Université de Berkerley( 1996), de U. C. Davis (2002 à 2009) passés par plus de 30000 étudiants. L'échelle utilisée est la NPI et l'âge des participants va de 18 à 24 ans. L'échantillon est différent de celui de Twenge car il comprend en plus des données supplémentaires pour les années 2007 et 2008. ll prend également en compte l'origine ethnique des participants pour l'année 1996

Les corrélations entre les années et les scores de la NPI sont faibles, ce qui ne va pas dans le sens d'une augmentation importante du narcissisme sur les années 1996-2008. Les corrélations entre le sexe et les scores du narcissisme sont également faibles. Enfin, les résulatts aux 7 substests de la NPI ont été corrélés au sexe et à l'origine ethnique. Là encore, les corrélations trouvées sont faibles. La corrélation la plus faible a été trouvée pour la sous échelle Entitlement qui est fortement liée a l'agression. Ainsi, l'élément le plus toxique du narcissisme n'a pas augmenté ces dernières années.

Il n'y a pas d'augmentation substantielle du narcissisme que l'on prenne en considération le sexe, l'origine ethnique ou les composantes de la NPI. Toutes les tailles mesurées sont en dessous de ce qui est considéré comme un effet faible

Pour les auteurs, une approche plus mesurée de la question du narcissisme est nécessaire. Les données issues de 300.000 participants montrent aucune évolution du narcissisme pour les hommes, pour deux des quatre groupes ethniques et pour trois facettes du narcissisme. . De ce fait, il n'est pas possible de parler d'une épidémie de narcissisme pour toute une génération.

SOURCE Donnellan, M Brent, Kali H Trzesniewski, and Richard W Robins. "An emerging epidemic of narcissism or much ado about nothing?." Journal of Research in Personality 43.3 (2009): 498-501.