mercredi 2 septembre 2015

Pourquoi aime-t-on Dark Vador ?



Dans l’univers Star Wars, Dark Vador est sans aucun doute le personnage le plus intéressant. Il a su passer du statut de personnage craint et hai dans les épisodes IV, V et VI a celui de d’un enfant puis d’un adolescent devant faire face à de multiples traumatismes. Il offre donc au spectateur de nombreuses possiblités d’identification.

Le père
La question du père est la question de Star Wars. Elle est retrouvée au travers de la galerrie de personnages masculins qu font l’éducation de Luke Skywalker : l’oncle Owen, Maitre Yoda, et Obi-Wan Kenobi. Le jeune Anakin rencontre également plusieurs père : Quinn-Jon, Obi-Wan Kenobi, le Sénateur Palpatine. 

On est frappé de voir à quel point les pères échouent dans leur role de transmission et de formation. Luke Skywalker est maintenu dans le secret par les Jedi qui sont pourtant sensé le former et l’éveiller à un degré supérieur de conscience. Anakin est le dernier maillon d’une chaine ou les maitres ont régulièrement échoué à former convenablement des disciples. Le Comte Dooku a été formé par Maitre Yoda en personne. Qui-Gon Jinn, dont le maitre est le Comte Dooku, a formé Xanatos. Obi-Wan est chargé de la formation de Anakin. Dooku Xanatos et Anakin sont tous traités comme des paria par les Jedi qui les accusent d’être passés “du côté sombre de la force” Les échecs dans la formation des Jedi ne sont jamais parlés explicitement. Ils sont recouvert du sceau du secret et probablement de la honte. Les moments de dissociation que vit Anakin - lorsqu’il entend par exemple Qui-Gon lui crier “Anakin, Anakin non!”, les hallucinatations, les crises de rage qui le prennent de plus en plus régulièrement et finalement le fait qu’il se tourne vers Palpatine peuvent se comprendre comme des tentatives de trouver des réponses à des question 

Le moment ou Dark Vador révèle a Luke Skywalker sa paternité est entré dans l’histoire du cinéma. Luke est comme Oedipe. Ignorant de ses vraies origines, toute sa vie est aimantée par la nécessité de rencontre un père et le dépasser. Dans un premier temps, il se montre présomptueux en écourtant sa formation aurpès de Yoda et en affrontant Dark Vador alors qu’il est loin d’être prêt pour une telle rencontre. Son immaturité ne lui permet pas de reconnaitre la vérité que lui apporte Vador - “Luke, non, je suis ton père” - et le pacte qu’il lui propose. La sanction est immédiate : il la paye de la perte de sa main et d’un équivalent suicidaire repésenté par la chute dans un conduit d’aération. Ce n’est qu’in extremis qu’il se raccroche a une antenne et qu’il est secouru par Han Solo et Leia. 

La perte perte l’identifie également inconsciemment à son père : Dark Vador avait aussi, plus jeune, perdu une main dans un combat. Elle est transformatrice pour Luke comme pour Dark Vador. Elle identifie inconsciemment le premier au second, puisque Vador avait en son temps perdu au cours d’un combat la main. Elle fait passer Vador du statut de père imaginaire au père symbolique. Le père imaginaire est le père imaginé par l’enfant. Il est paré des attrbuts de la toute puissance. Il est l’effroi et la terreur qui maintiennent dans l’enffant dans la sécurité maternelle. Il est le Seigneur Vador, immense silhouette noire, maitre d’une immense armée de Stormtroopers et craint par ses propres officiers. Ses pensées sont impénétrables. Elles sont protégées par casque qu’il porte en toute occasion, et par le noir qui l’entoure. Il ne supporte aucun échec, aucune liberté, aucune émancipation.

Vador est dans une position de père symbolique lorsqu’il donne a Luke une parole de vérité qui le fixe dans une généalogie et dans une vérité. Le “Luke, je suis ton père” lui révêle la vérité sur ses origines que l’ordre Jedi avait soigneusement passé sous silence. Il est aussi en position de père symbolique lorsqu’il se retourne contre l’Empereur pour protéger son fils. 

Enfin, Vador apparait comme père réel, en montrant son vrai visage à son fils Luke Skywalker. Il enleve son casque, il se déparre des attributs de la puissance. Il n’est plus l’être terrible qui suscite la terreur juste un homme

Les signes de la puissance

Dark Vador est tout d’abord le repésentant de la puissance. Il en porte tous les insignes. Son casque, son armure, ses bottes, sa cape lui donnent une allure qui le distingue immédiatement des autres

Le noir de Vador s’oppose au blanc de Luke Skywalker, de Obi Wan Benobi et des Stormtroopers. Le noir est une des couleurs de la force et de la puissance. C’est par exemple la couleur de la robe des hommes de loi.

Cette couleur est généralement assimilé au deuil en occident. Ce symbolisme s’applique pour Vador qui a du subir de nombreuses pertes : la séparation de sa terre natale et de sa mère, la mort de sa mère, ou encore celle de sa femme. Il est également touché par la mort symbolique donnée par un maitre qui refuse de reconnaitre la supériorité de son disciple. Il est le signe du deuil mélancolique tandis que le blanc est associé à la mort messianique. Avec Vador, il n’y a ni redemption, ni renaissance tandis que Obi Wan Kenobi et Luke Skywalker ne cessent de renaitre et réapparaitre.

Le noir de l’équipement de Vador est celui du refus ou de l’impossibilité de toute inscription. Porter le noire signifie l’impossibilité de tout nouvel apport, de tout changement.

Le noir n’a pas uniquement des significations négatives. Il est la couleur des transformations alchimiques profondes. Il est l’invariant, le noir des eaux abyssales et des terres fertiles. Il est celui des vieilles déesses chantées par Homère et des ténébres des origines

Le symbolisme du casque est en rapport avec la tête. Il est symbole d’élévation. Seules les personnes de haut rang sont coiffées. Il est aussi ce qui protége les pensées, voir les dissimule en les rendant impénétrables. Il permet de voir sans être vu. Le casque noir est a la fois le signe des sombres pensées du Seigneur Vador et de son manque total d’empathie pour les autres.

Le respirateur artificiel de Vador renvoit a plusieurs éléments : les échanges, la spiritulaité et les émotions. La respiration est le lieu de transformation entre le monde extérieur et intérieur. En d’autres termes, elle revoie aux processus d’appropriation subjective qui nous permettent de transformer des événéments en souvenirs personnels et à partager avec d’autre personnes nos propres expériences internes. Chez Vador, l’économie psychique - prendre les bonnes choses du monde extérieur et rejeter les choses dont on a besoin - est sous l’assistance d’une machine. . Le souffle est également assimilé au spirtiuel. Respirer, c’est assimilier de l’air et donc s’assimlier ses pouvoirs. Respirer artificiellement, c’est se couper du lien avec le spirituel. Du fait de la machine, Vador ne connait pas l’essouflement. La machine nivelle ses émotions en imposant un rythme immuable à ses inspirations et ses expirations. Pour finir, le respirateur souligne une nouvelle fois la puissance de Dark Vador. Il rappelle qu’il dans l’entre-deux. Ni vivant, ni mort, ni tout à fait vivant, ni tout à fait machine, il est dans un entre-deux parce qu’il est revenu d’entre le morts et qu’il risque à chaque instant d’y retourner

L’enfant traumatisé
Vador fascine parce qu’il est une figure paternelle et parce qu’il porte les attributs de la toute puissance. Mais qu’est ce qui peut produire un tel monstre ? Comment devient-on Vador ? Comment et pourquoi bascule-t-on dans les ténèbres .? C’est parce que Vador apporte des réponses à ces questions que le personnage est à la fois fascinant et attachant.

Avant d’être Vador, le Jedi noir était un garçonnet aussi attachant qu’inventif. Le passage de l’un à l’autre s’explique par la succession de traumatismes qu’il a subit. Il est d’abord arraché à sa terre et à sa mère et privé d’une reconnaissance authentique qu’il mérite pourtant largement

Lorsqu’il quitte sa planète natale et sa mère, les adieux sont déchirants, mais sa mère lui impose un visage impassible. Elle lui impose une maturité qu’il n’est pas encore capable d’avoir en faisant appel à son courage. Le vécu de solitude est tel qu’il s’accroche désespérement à Padmé. Présenté a l’ordre Jedi, il n’est accepté qu’a l’occasion d’un tour de passe passe. Qui Gon Jinn passe outre la décision de Mace Windu - “Il est trop vieux, il ne sera pas formé” et décide de former Anakin. Il a déjà un padawan ? Qu’importe, il décide que sa formation est achevée. Il laisse donc Obi-Wan pour Anakin. En d’autres termes, toutes les règles symboliques sur lesquelles s’appuie l’ordre des Jedi sont violée. Un Jedi passe outre la décision du conseil, décide seul que son Padawan est formé et décide une nouvelle fois seul de prendre un nouveau Padawan. Un si mauvais départ ne pouvait qu’avoir des conséquences funestes

Quels peuvent être les effets d’une formation qui demande sans cesse le contrôle de soi, l’absence d’expression de ses sentiment, l’abandon de toute passion sur des enfants ? On imagine facilement les effets négatifs sur leur développement. C’est pourtant un des crédo majeur des Jedi auprès des enfants qu’ils forment.

Les problèmes commencent à l’adolescence. Apres avoir accepté sans critique les idéaux de l’ordre Jedi, Anakin s’en dégage en explorant d’autres façons de faire. Ce mouvement aurait pu donner un résultat bien meilleur s’il avait été accompagné avec bienveillance par Obi Wan Kenobi. Malheureusement, Anakin n’a trouvé auprès de son maitre que remontrances et froncements de sourcils. Pour un adolescent doué, c’est opposer une fin de non recevoir a ses explorations. C’est aussi le pousser vers quelqu’un d’autre plus a même de satisfaire sa soif de reconnaissance

Dans le même temps, il retrouve Padmé et en tombe amoureux. En d’autres termes, il traduit dans le nouveau langage de la sexualité génitale que lui apporte l’adolescence les premiers attachements de l’enfance. Il répond ainsi a la séduction que Padmé a exercé sur lui lors de leur première rencontre. Même si cet attachement est profond, il ne mettra pas Padmé à l’abris de la fureur destructrice qui s’empare peu a peu de Anakin, et ce d’autant plus que le sénateur Palpatine souffe sur les braises.

Ainsi, nous avons la succession des événéments qui permet de fabriquer Dark Vador : des traumatismes graves répétés (séparation d’avec la mère dans l’enfance, perte de Qui Gon Jinn comme substitut paterne, absence de soutien de Obi Wan), , des adultes qui ne tiennent pas leurs rôle symbolisateurs (l’ordre des Jedi), la rencontre avec un adulte pervers (Sénateur Palpatine)