mardi 1 septembre 2015

Psychologie du spoil


Définition
En Anglais, le verbe To spoil signifie “gacher” Il est utilisé pour désigner toute les actions qui diminuent ou détruisent la valeur de quelque chose. Ainsi, l’excès de sel gache (spoil) un plat et l’excès d’indugence gâte (spoile) un enfant. Le verbe est également utilisé pour désigner le fait de dévoiler l’intrique d’une oeuvre, gachant ainsi le plaisir lié a la découverte de l’intrigue et de ses rebondissements. 

Les types de spoil
Deux cas sont à différencier : les spoils involontaires et les spoils volontaires. Dans le premier cas la personne agit par méconnaissance ou par maladresse. Il m'est par exemple arrive d'être spolié par des enfants en psychothérapie qui m'ont raconte dans tous les détails des épisodes de Naruto que je n'avais pas encore vu. Lorsque la personne spoile par maladresse, elle révèle un détail de l'histoire dans le faire exprès et parfois même sans le savoir aau cours de la conversation. 

Les motivations des spoilers
Les motivations des spoilers sont différentes selon le type de spoil. Pour les spoils bénins, la personne est mue par le désir de partager. Elle souhaite parler avec quelqu'un d'une histoire l'a particulierement touchée et elle fait l'erreur banale de croire que tout le monde est au même niveau de connaissance qu’elle.

La position de la personne qui spoile malignement est différente. Le spoil est ici un site de domination et de pouvoir. Le spoiler sait quelque chose que l’autre ne sait pas et il sait que l’autre ne sait pas. Il révèle l’intrigue de l’histoire pour signaler cette différence. Il a quelque chose que l’autre n’a pas et il jouit de cette possession. 

La seconde motivation est l’intimidation. Dans ce cas, le spoil n’a même pas besoin d’être réalisé. La menace suffit à elle seule. Cette position est illustrée par ce professeur qui menace ses étudiants de révéler un élément important de l’intrigue obtenir le calme pendant ses cours 

Enfin, il existe une troisième motivation aux spoils malins. Il ne s’agit pas seulement de fait savoir sa domination sur l’autre mais de gacher son plaisir. Plus le déplaisir de l’autre est manifeste, alors cela signifie que la connaissance que détient le spoiler est importante, plus son pouvoir est grand. Le plaisir du spoiler n’est pas seulement le plaisir du pouvoir et de la domination mais le plaisir de gâcher - c’est le sens du mot anglais to spoil - le plaisir de l’autre.

Les manières de spoiler
Il existe différentes manières de spoiler une histoire. Les spoils peuvent se produire au détour d’un commentaire sur un blog ou un forum. Les réseaux sociaux sont les meilleurs endroits pour spoiler du fait de la probabilité de toucher le plus grand nombre de personnes. Certains spoilers ne manquent pas d’imagination pour mettre sous les yeux ce que certains voudraient découvrir par eux-même. Par exemple, sur Twitter, le nom de certains comptes sont des spoils. Le simple fait de les voir passer dans son flux révèle une partie de l'intrigue d'une histoire

Les données expérimentales
Il est étonnant de voir tant d’émotion autour des spoils car chacun sait que la fin de l'histoire ne gâche pas le plaisir de l'intrigue. En effet, il est assez fréquent de lire un livre plusieurs fois sans que le plaisir de la lecture ne soit gaché. De même, certains fans ont vu le même film des dizaines de fois avec à chaque fois la même émotion.

Leavitt et Christenfeld (2011) ont construit un dispositif expérimental pour comprendre les effets de la divulgation de l'intrigue d'un récit. Pour ce faire, Ils ont conduit trois séries d'expériences sur des genres d'histoires différentes auprès de 819 étudiants de l'université de San Diego Diego. Pour chaque histoire les chercheur ont créé un paragraphe “spoiler” dans lequel ils dévoilent incidement des éléments de l’intrigue. Chaque sujet lit trois histoires dans les conditions suivantes : 1) l’intrigue est révélée dans un paragraphe à part; 2) l’intrigue n’est pas révélée; 3) l’intrigue est révéle dans un paragraphe introductif à l’histoire. Les trois versions des histoires sont ensuite évaluées en terme de plaisir de lecture par les sujets

Contrairement à l’évidence, les sujet préfèrent les versions ou l’intrigue est révélée quelque soit le type d’histoire. Etonnamment, alors que les auteurs construisent des histoires complexes pour surprendre les lecteurs, le plaisir de la lecture est non seulement présent lorsque ces “trucs” sont supprimés mais ils est plus grand que pour les histoires ou le lecteur découvre l’intrigue petit à petit. Comment expliquer ce résultat ? Pour les auteurs, la révélation de l’intrigue aide à la comprehension de l’histoire parce que les lecteurs peuvent organiser l’histoire, anticiper les événements, et ne plus être génés par les ambiguité. 

La psychologie du suspense
Ce résultat de recherche est en accord avec la psychologie du suspense dont Aaron SMUTS a donné un excellent résumé des différentes théories. La théorie “standard” développée par ORTHONY, CLORRE et COLINS pose que le suspense est composé d’une émotion (la peur ou l’espoir) et d’une incertitude quant au résultat d’une action. Le suspense sera d’autant plus grand que l’incertitude et l’enjeu de l’action sont grand. Cependant, cette théorie s'explique pas ce que qu’une personne puisse voire un film à plusieurs reprises et éprouver du suspense devant certaines scènes. Aussi, quatre autres théories ont été développées pour prendre en compte ce paradoxe du suspense

Pour la théorie de la frustration , celle ci suffit à produire du suspense. Il suffit que lee spectateur soit frustré du résultat d’un événément imminent pour qu’il vive du suspense. La théorie de l’oubli garde le l’incertitude comme ingrédient nécessaire au suspense mais postule que le spectateur oublie les détails de l’histoire. Les spectateurs vivent le suspense parce pour eux l’histoire est toujours incertaine. La théorie de la mauvaise identification postule que les spectateurs font une erreur de jugement. Le suspense n’est donné que lors de la première présentation et les récidivivistes pensent vivre du suspense là ou il n’y a que l’anticipation. Enfin, pour la théorie de l'incertitude de divertissement , il suffit que le spectateur imagine qu’un événément est incertain pour que le suspense soit présent. L'incertitude n’a pas à être rélle mais seulement simulée

Ainsi, l'incertitude n’est pas nécessaire à une histoire pour que celle-ci comporte une part de suspense. Cela est montré à la fois par des données expérimentales et par des théories qui complètent la théorie standard du suspense. Ces différentes théories permettent de résoudre le paradoxe du suspense, mais elles nous laissent sans réponse devant le désarroi de ceux qui sont spoilé. Si le plaisir du suspense reste intact, pourquoi les spoils provoquent tant de réactions négatives ?

le spoil dans le contexte de la vie psychique
Il est étonnant de voir tant d’émotion autour des spoils puisque connaitre les détails d’une histoire ne nuit pas au plaisir de l’histoire. Comment expliquer cette spoil phobia ? 

La fenetre de de Johari a été développée par Joseph Luft et Harry Ingham pour comprendre comment nous traitons et fournissons de l’information à l’intérieur d’un groupe. Elle a également été utilisée dans le contexte de la psychologie du Self.

La fenêtre de Johari est divisée en quatre parties qui décrivent différents états du self : public, privé, inconnu et aveugle. Le self public correspond à ce qui est librement accessible et partagé avec les autres. Le self privé est la partie du self que chacun réserve pour soi. C’est ce que chacun sait de soi-même et qui est ignoré de tous les autres. Il comporte les parties honteuses et culpablisées du Self mais les parties qu’il n’est pas nécessaire de partager dans certains contexte. Par exemple, le fait d’être fan d’une équipe de football peut rester privé dans un environnement de travail alors qu’il sera public dans d’autres cercles. Le Self inconnu est le self qui est inconnu des autres et de soi même. Il est donc la part la plus inconsciente du Self. Enfin, le Self aveugle correspond à ce qui est n’est pas perçu par la personne et perçu par les autres. Une personne peut par exemple être perçue comme quelqu’un qui prend beaucoup de place dans les échanges alors qu’elle se voit comme très respectueuse des autres

La fenêtre de Johari est un modèle des processus interpersonnels et intrapersonnels. En cela, elle est utile pour comprendre le phénomène du spoil qui est à cheval sur ces deux dimensions. En effet le spoil est interpersonnel puisqu’il met en cause plusieurs personnes et intrapersonnel par l’effet de plaisir qu’il produit chez le spoiler et de déplaisir chez le spoilé. Le spoil affect le Self aveugle. C’est un ajout brutal d’information à ce que la personne ne sait pas. Elle passe rapidement de la méconnaissance à la connaissance sans l’avoir souhaité et par le fait d’un autre. Plusieurs frontières du Self sont ainsi transgressées. Tout d’abord, le statut de certains contenus du Self changent puisque ce qui était méconnu devient connu. Ensuite, la différence entre le Self et les autres est annulée dans ce domaine particulier. Dans la modèle de Johari, cela correspond à un passage du Self Aveugle au Self public

Il reste à expliquer le déplaisir provoqué par le spoil. Pour ce faire, nous allons nous appuyer sur la psychanalyse. Les intrigues des histoires nous passionnent parce que elle renvoient à notre propre fonctionnement. Une bonne intrigue divise l'histoire en deux parties. Il y a le moment où l'on ne sait pas et le moment où l'on sait. Le talent du narrateur consiste à nous conduire avec habileté d'un moment à l'autre. De la même façon, notre fonctionnement psychique est divisé en deux grandes zones : une zone de méconnaissance et une zone de connaissance. Autrement dit, nous sommes partagé entre notre vie inconsciente et notre vie consciente. L’espace inconscient est composé par ce que nous ne savons pas de nous même, que cet inconnu soit connu des autres ou non. 

Un des ressorts psychologiques du suspense est de nous amener à comprendre comment les choses se font. Nous voyons le héros pris dans des tensions et des conflits être amenés inexorablement à agir de telle ou telle manière. Nous comprenons ainsi mieux comment nous pouvons agir de manière tout à fait irrationnelle en nous identifiant au héros. Nous tirons des histoires un second avantage. Dans notre vie inconsciente, nous avons aucun contrôle et dans notre vie consciente nous en avons tres peu. Dans les vies que les heros nous prêtent, nous avons un contrôle un peu plus grand car nous pouvons choisir d'aller en avant de l'histoire pour découvrir plus vite la fin ou au contraire de revenir sur nos pas pour mieux comprendre les détails qui nous avaient échappé. 

C'est cette délicate mécanique que le spoil remet brutalement en cause. Le spoil agit comme un raccourci. La ou il nous fallait toute une saison apprivoiser lentement une situation, le spoil impose la lumière brutale de la connaissance. Il ruine les hésitations et les demi compréhension qui nous sont néccessaire pour nous approprier le monde . Le spoil met brutalement en contact avec ce que l'on était pas encore prêt à savoir en faisant sauter la barrière du refoulement 

L’ajout non souhaité d’information à l’intérieur du Self agit comme une séduction à laquelle le Self n’est pas encore prêt. En cela, elle se rapproche de la confusion des langues décrite par Sandor Ferenczi. Ce psychanalyste hongrois à enrichi la compréhension des traumatismes sexuels chez l’enfant. Pour lui, l’adulte et l’enfant ne parlent pas la même langue. L’abus sexuel est traumatisant parce que l’adulte impose a l’enfant un langage de passion qui dépasse les capaictés de ce qu’il peut élaborer. La réaction de l’enfant est alors de se défendre de cet excès non-métabolisable d’excitation par le clivage du Moi, le repli sur soi ou l’identification à l’agresseur.

Comme tout ce qui concerne la culture populaire, le spoil nous apprend des choses importantes. Il rend visibles les débats autour du public et du privé, de ce que l'on souhaite garder méconnu des autres et ce que l'on souhaite partager , et ce que l'on souhaite découvrir par soi même ou et la manière dont on souhaite le découvrir. Les spoilers représentent la tendance que nous avons tous à la divulguer des parties privées et intimes de nos vies. Les anti-spoilers représentent la tendance opposée rendue nécessaire par la culture. C'est un des résultats de l'éducation que de nous apprendre que tout ne peut pas être dit et que ce qui peut être partage dépend aussi du contexte.